13/01/2007

aldo maccione

tassin2[1]

 

biographie de aldo maccione

Les biographies consacrées à Il Grande Aldo sont rares sur les web et les bibliothèques sont avares d’ouvrages sur sa vie extraordinaire. Aussi surprenant que cela puisse paraître, aucun Docteur d’Université, aucun thésard, aucun Maître de Conférence n’a jamais écrit la moindre ligne sur Aldo La Classe ! C’est à ce genre d’oublis que l’on constate tristement la déliquescence du système universitaire français ! Parce que pour étudier de vieux textes à la con, ou isoler quelques risibles molécules en vue de « lutter contre des maladies » et « créer des vaccins », y’a du monde, mais pour faire connaître la carrière extraordinaire d’Aldo Maccione au plus grand nombre, là, y’a plus personne ! Bravo, les gars ! C’est à vous dégoûter de payer des impôts, tiens...
Bref, oublions ces tristes potaches et concentrons-nous sur Signore Maccione.Le petit Aldo serait né le 27 novembre 1935 – ou alors le 24 janvier 1949. Le mystère fait partie du jeu de la séduction, et dès le début, Aldo aura donc sa carrière toute tracée (il semblerait toutefois que la première date soit la bonne, mais qu'Aldo, par coquetterie, se soit rajeuni de quelques années...). Il fait ses premiers pas – avec sa célèbre démarche probablement – dans les rues de Turin, fait du théâtre en amateur dans son école et rencontre quelques amis avec qui il formera une troupe de café-théâtre : les Brutos. Ils tournent en Italie, font marrer et se font repérer par Bruno Cocatrix qui décide de leur confier l’animation des entractes à l’Olympia, où ils rencontrent un franc succès. Ils passent à la télé et assurent la première partie de Johnny Hallyday en 1962. Ils tournent en France, Belgique et Canada. D’ailleurs, c’est dans ce pays qui n’est pas un pââys c’est l’hivêêêr, qu’ils croisent une autre troupe de déconneurs, les Problèmes – futurs Charlots – qui avoueront s’être inspirés des Brutos pour leurs premiers
Jean Sarrus, la larme à l’œil, confesse : « Au Canada, on avait rencontré un groupe italien avec lequel nous avions sympathisé, les Brutos. L'idée de la scène est née de les voir en action. Devant, il y avait un chanteur sérieux, Jacques, blond et plutôt play-boy, mais derrière c'était la Cour des Miracles. Un petit vieux, un autre qui louchait, un troisième avec une dent de travers, et, surtout l'idiot du village incarné par Aldo Maccione. Il faisait toutes sortes de grimaces, et on trouvait ça vraiment irrésistible. Au début, on les a vachement copiés. On faisait comme eux… » Sans les Brutos, la culture française n’aurait peut-être jamais engendré les Charlots. Pensez-y, et imaginez avec effroi le vide de notre patrimoine culturel si Aldo n’avait pas existé !
Les Brutos, sous la conduite de Marino Girolami (le père d’Enzo G. Castellari !) tournent ensemble « I Magnifici Brutos del West » (Les Terreurs de l’Ouest), une parodie de Western spaghetti et se séparent peu de temps après.
Avec deux autres compères, Aldo fonde un trio comique, les Tontos, qui se produira plusieurs années sur scène, notamment en Espagne, et jouera dans « La Grande maffia » de Philippe Clair. Entretemps, repéré par Claude Lelouch, Maccione joue en solo dans « Le Voyou » avec Jean-Louis Trintignant en 1970, puis dans « L’Aventure, c’est l’aventure », aux côtés de Lino Ventura. C’est la première fois qu’il imposera la célèbre « démarche Aldo » à l’écran. D’ailleurs, pour l’anecdote, le rôle d’Aldo devait à l’époque être tenu par un jeune homme aux prétentions d'acteur... Bernard Tapie !
L’année suivante, Aldo est à l’affiche de « Mais où est passée la 7e Compagnie » de Robert Lamoureux où il joue le rôle de Tassin. Rôle qu’il abandonnera au profit d’Henry Guibet dans ses suites. Il est à noter qu’en 1976, il tourne sous la direction de Castellari dans « La Grande débandade », aux côtés d’Ursula Andress (ma ! La classe, Aldo, La classe !)
Le mythe Maccione tient la France en haleine. Aldo devient l’icône du séducteur italien et brise les cœurs de millions de femmes à travers le monde qui rêvent de concupiscence et d’adultères avec « Aldo La Classe ». Des milliers de mariages se brisent et une vague de stupre s’abat sur la France. Le Pape Jean Paul II lance sa fameuse encyclique « De Magno Aldo Concupiscentis » (qui reste toutefois ignorée de bien des théologiens). Des films comme « Je suis photogénique », « Aldo et Junior », « Te marre pas c’est pour rire », « Le Bourreau des cœurs », « Pizzaïolo et Mozzarel » propulsent Aldo à la tête du box-office.
Mais c’est surtout sa rencontre avec le talentuossimantesque Philippe Clair qui marque sa carrière et le porte au pinacle. Des films fins et à l’humour subtil comme « Plus beau que moi tu meurs » ou « Tais toi quand tu parles » viennent clairement assurer à Aldo « La Classe » ses galons d’acteur nanar. Ouf, sauvé ! Dire qu’il avait commencé avec Lelouch et tourné avec Marcello Mastroianni ! Grazie Santa Madonna !!! Quand on pense qu’il aurait pu devenir un acteur sérieux et faire de bons films…
"Pizzaïolo et Mozzarel" : tact, subtilité, finesse, beat, impertinence, retenue... tout y est !
Durant la décennie 80, Aldo aura croisé les plus grands du cinéma comique français : Mireille Darc, Edwige Fenech, Michel Galabru, Darry Cowl, Francis Perrin, Jean-Marc Thibaud, Marthe Villalonga, Renée Saint-Cyr, Philippe Clair et a marqué de son empreinte de géant et de sa démarche de félin l’humour franco-italien.
Hélas, dans une ultime émission de télévision en 1989, il fait ses adieux à la scène et retourne vivre entre l’Italie et sa villa de Nice. D’après le très sérieux « Infos du Monde » les suicides de femmes éplorées qui ne pourront jamais connaître l’espoir des fougueuses étreintes du Grand Aldo se comptent par centaines… D’autant que pour être sûr de ne plus plaire, Maccione se laisse pousser la panse dans des proportions alarmantes.
On peut légitimement se demander si, en ce jour de 1989, Aldo n'a pas rééllement pris conscience de la voie sans issue que représentait son image de "comique ringard italien" dans le cinéma français et que c'est précisemment cette conscience de ses limites qui l'aurait poussé à se rapprocher culturellement et cinématographiquement du "pays natal". A ce sujet, il est intéressant de savoir qu'en Italie, Aldo Maccione a toujours été considéré comme un acteur respectable, assez efficace dans des seconds rôles comiques (séducteur, gaffeur, gangster, ou - plus récemment - patriarche bilieux). Ce n'est qu'en France qu'il a connu de véritables... hum... premiers rôles. (Pour notre plus grand bonheur, évidemment !)
Etre adapté en personnage de bédé dans Astérix... c'est trop la classe, Aldo !
En 1991, Aldo tente de renouer avec le succès dans la série "Aldo tous risques", mais l'alchimie ne fonctionne plus. Le public s'est lassé de ses prestations dans le rôle de l'Italien-dragueur de service, d'autant qu'il n'a plus véritablement le physique de ce rôle. Avec l'âge, Aldo s'est empâté.
Conscient de ce fait, Maccione se recentre sur le cinéma italien en se servant de son image plus respectable de ce côté des Alpes pour obtenir des rôles dans … de bons films (après un passage à vide de près de 10 ans tout de même) ! On le voit dans « La femme de chambre du Titanic » en 1998, avec Romane Bohringer, dans le rôle d’un Parrain de la Mafia dans « La leggenda di Al, John e Jack » (inédit en France) en 2002... Elle est loin la grande période Philippe Clair !
Aldo sur le tournage de « La leggenda di Al, John e Jack », en pleine forme pour remplaçer Marlon Brando et Mike Cohen dans le rôle de Le Parrain
Retiré dans sa villa niçoise, Il Grande Aldo coule une paisible semi-retraite, tournant occasionellement ici ou là ce dont il a vraiment envie, en se remémorant sa dolce vita en France… En 2005, Aldo nous revient avec un peu d'embonpoint mais toujours autant de classe dans "Travaux", de Brigitte Roüan aux côtés de Carole Bouquet et Jean-Pierre Castaldi. Ma, que e il secreto di questo uomo ? Hé, la classe, bambino, la classe !

ald

 

Filmographie de aldo maccione
1964 : Les Terreurs de l'Ouest (I Magnifici brutos del West) : I Brutos
1970 : Le Voyou : Aldo Ferrari
1971 : La Grande maffia
1972 : L'aventure c'est l'aventure : Aldo
1973 : Si, si, mon colonel (Un Ufficiale non si arrende mai nemmeno di fronte all'evidenza, firmato Colonnello Buttiglione) : Sgt. Alessandro Mastino
1973 : Vive la quille (Il Colonnello Buttiglione diventa generale) : Sergente Alessandro Mastino
1973 : Mais où est donc passée la septième compagnie ? : Tassin
1974 : Professore venga accompagnato dai suoi genitori
1974 : Fischia il sesso
1975 : Due cuori, una cappella : Victor
1975 : La Grande débandade (Le Avventure e gli amori di Scaramouche) : Napoléon Bonaparte
1975 : La Pépée du gangster (La Pupa del gangster) : Chopin
1975 : Il Piatto piange : Camola
1975 : Plus moche que Frankenstein tu meurs (Frankenstein all'italiana) : Le monstre
1976 : Spogliamoci così senza pudor
1976 : Carioca tigre
1976 : Bruciati da cocente passione : Michele Vismara
1976 : 40 gradi all'ombra del lenzuolo : Adriano Serpetti, the "Dog's Day" male (segment "Un posto tranquillo")
1976 : Le Grand Escogriffe : Tony
1977 : Lâche-moi les jarretelles (La Vergine, il toro e il capricorno) : Felice Spezzaferri
1977 : Taxi Girl
1977 : Maschio latino cercasi : Amilcare
1977 : L'Animal : Sergio Campanese
1978 : Es pecado... pero me gusta
1978 : Je suis timide mais je me soigne : Aldo Ferrari
1978 : Les Ringards : Aldo Rimoldi
1979 : Riavanti... Marsch!
1979 : Pardon !... Vous êtes normal ? (Scusi, lei è normale?) : Commissario Pecorella
1980 : Tre sotto il lenzuolo
1980 : Je suis photogénique (Sono fotogenico) : Avocat Pedretti
1980 : C'est pas moi, c'est lui : Aldo Barazzutti
1980 : Le Coq du village (Fico d'India) : Ghigo Buccini
1981 : Pourquoi pas nous ? : Marcello Degli Fiori, alias Cromagnon
1981 : Tais-toi quand tu parles! : Giaccomo / James
1981 : La Poliziotta a New York : Big John
1982 : Porca vacca
1982 : T'es folle ou quoi? : Dominique Lombardi
1982 : Te marre pas... c'est pour rire! : Marcello
1982 : Le Corbillard de Jules : Aldo
1982 : Plus beau que moi, tu meurs : Aldo / Père Marco
1983 : Le Bourreau des cœurs : Vittorio
1984 : Le Cowboy : Insp. Cesar Cappucino
1984 : Aldo et Junior : Senior
1985 : Pizzaiolo et Mozzarel : Carlo Monte / Gonzales
1987 : Si tu vas à Rio... tu meurs : Aldo / Marco
1988 : Quando ancora non c'erano i Beatles
1989 : L'Aventure extraordinaire d'un papa peu ordinaire : Vittorio
1991 : Aldo tous risques (série TV) : Aldo Bocampe
1994 : Perdiamoci di vista! : Antonazzi
1997 : La Femme de chambre du Titanic : Zeppe, Acteur
1999 : I Fetentoni
2002 : La Leggenda di Al, John e Jack : Le Boss
2005 : Travaux, on sait quand ça commence... : Salvatore

article de wikipedia )

                                              aldo09

 

14:14 Écrit par phil bbbb dans cinema | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Pizzaiolo et Mozzarel bonjour, je cherche depuis des années mais en vain ce fameux film ?Avez-vous un endroit oú je pourrais enfin le trouver, vhs ou dvd ?
J'attends avec impatience merci de répondre à mon mail...

Écrit par : MORABTO Fabian | 08/05/2008

Manque un film ? Est-ce normal que "La 7ème compagnie au clair de lune" n'apparaisse pas ?
Ou ne joue-t-il que dans "Mais où est passé la 7ème compagnie"...?

Écrit par : PETTAVINO Camille | 05/08/2008

question bonjour , super blog il manque ce pendant un film d aldo maccione " RESTE AVEC NOUS ON S'TIRE" je suis d ailleur a la recherche de ce film si vous pouvez m indiqué la façon de me le procurer , merci beaucoup

Écrit par : ludo | 18/11/2008

se bien que vous pence a lui je voudre avans quil parte le voix je suis gitan j'ai 30ans je sais qui aun age avance me pour nous les gitan de perpigna ce une legende et me mot son petit avent quil parte il faudre qui face la paix avec dieu je les jamai vue de vraix mai il et et ete pour nous une espiration un grand moment jaimere au moi lui parles par imai partage un petit instan de sa vie mon adresse imail graciasjonathan@yahoo.fr si tu veux venir a perpigna passe des vacance tu a tous a propo reponde moi vite

Écrit par : gracias | 08/02/2011

je adore tous te filme me tu ce plus baus que moi tu meur se un chedevre rienque cete frace sa fait 20an que jete pas ecrit pourquoi tu ma pas repondu et la cene sur le cafe glace et tu le dit fete moi rechaufe une tase je ne se pas qui vous ete me donne moi de se nouvel de lui et sil peut manvoiille un imel sela me faire plaisir de tous mon coeur et a pizzaiolo quand il dit ce pas moi qui et grand ce papa quil ete petit se grandiose metre la fote sur son pauvre pere et quand il sort de prison a plus baux que moi tu meur et que le monsieu lui demande cil par et quant meme tant il drague la famme et il dit quiley bele 3foi elle lui repon 3foi il et con la reponce qui a lui se extra il dit ce ce 40 44italien et il sapproche d'un velo me le meque le gronde an disaan me vous vous foute de moi lui avec son ere sur me p

Écrit par : gracias | 08/02/2011

chercher établissement bancaire pret et financement pret propriétaire emprunt emprunt consommation bancaire crédit auto emprunt dans une banque rachat de mensualité locataire

Écrit par : rachat de credit propriétaire | 13/04/2014

Pariez sur la coupe du monde 2014

Écrit par : Coupe du monde | 06/05/2014

Votre rubrique est véritablement superbe.Repect à son initiateur.Je reviendrai régulièrement

Écrit par : rachat de pret | 15/11/2014

Votre cms est effectivementcool.Un total bonheur.

Écrit par : alarme maison filaire | 17/11/2014

Votre écrit est véritablement fascinant.Félicitation à son auteur.Je vais revenir régulièrement

Écrit par : formation referencement naturel | 17/12/2014

Les commentaires sont fermés.